Les labels: le bio

bio

Vous le savez: chez Foodtales, entre deux récits de grandes tables et trois photos de petits plats pas dégueu, on aime aussi aborder des sujets de fond. Parce que finalement, si la gastronomie c'est tout sauf ennuyeux, la bouffe, c'est aussi une affaire très sérieuse. Speaking of which, dans notre série d'articles consacrés aux labels, en voici un que vous attendiez: attention, ce billet est vert, ce billet sent bon la nature sauvage, le fleurs des champs et les petits oiseaux qui gazouillent... Relaxez-vous et respirez à plein poumons, car nous allons parler Bio.

Aaaaaaah, LE BIO ! Formidable système annonciateur d'un monde magique, d'agriculture et d'élevages respectueux de la nature, précurseur d'une révolution qui allait enfin permettre à l'humanité de s'affranchir des affres des pesticides et autres produits chimiques, et de fonctionner en toute harmonie avec son milieu.

Mouais.

Près d'un siècle après l'invention du concept, on peut dire sans trop se gourer que l'idée est loin d'avoir tenu toutes ses promesses.

La suite, par ici»

La quête de l’œuf parfait – Episode II

PA260705Résumé des épisodes précédents: perdu dans sa modeste cuisine (même pas équipée d'un bain thermostatique, la honte), L. tentait désespérément de retrouver le goût de l’œuf parfait auquel l'avait initié, il y a de ça bien des années, le grand sensei Degeimbre. De lectures en expérimentations, il avait mis au point un protocole de test visant à évaluer ses différentes tentatives. Sa première expérience, basée sur un départ eau froide et bien que satisfaisante, était encore loin du résultat escompté. C'est alors qu'écoutant les sirènes des forums des vastes plaines des Internets, il décida changer d'approche, avec une autre recette largement vantée comme étant "IN-FAIL-LIBLE" (notamment par Paulette, guide touristique dans l'Aisne). L. allait-il enfin toucher du doigt l'accomplissement, en réalisant le Saint-Graal de l’œuf, le Ying et le Yang du jaune et du blanc ?

La réponse dans cet épisode d’œufs.

La suite, par ici»

Bia Mara

 

 Fishtrement bien ! 

Bia Mara 04Pas plus tard qu'hier, j'étions avec mon comparse fine bouche ADN dans le quartier de la Bourse; sortant d'une avant-première assez jouissive, l'idée était de casser la dalle vite fait avant de rejoindre nos pénates. Plutôt efficace dans d'autres domaines, ma mémoire me fait souvent défaut lorsqu'il s'agit d'aller découvrir une nouvelle adresse croisée quelque temps auparavant: heureusement, mon acolyte a le chic pour repérer les bons plans et surtout, pour s'en souvenir: "un fish'n chips au Bia Mara, ça te dit ?".

Of course dude ! C'est à côté et ça fait juste 5 fois en trois mois que je passe devant en oubliant d'y retourner: appelez-moi le Doris des foodies !

L'histoire du Bia Mara - "fruits de la mer" en gaélique - vaut le détour et sonne un peu comme un conte de fées qui, coup de bol, se déroule en ce moment à Bruxelles.

La suite, par ici»
Page 1 sur 11