Le Mangeoire

IMG_20151007_130517

 

 Gai comme un pinson 

Dans l'un des derniers romans de Tonino Benacquista, l'un des rares auteurs dont j'achète chaque nouvel ouvrage les yeux fermés, dans l'un de ses romans donc, le héros, écrivain anglophone expatrié, cherche à comprendre le sens de certaines expressions françaises, et en particulier celle qui tente de nous convaincre que le karma existe: "A quelque chose, malheur est bon".

Pour le coup, cet extrait littéraire sonnait pour moi comme une prophétie, puisque pas plus tard que deux jours après, je me dirigeais vers ma chère Table pour me procurer mon casse-dalle quotidien. A l'approche, bruits de disqueuse, poussière, et surtout étals vide. What the f*** ?

La suite, par ici»

Cook-it yourself: Ricotta maison

NdlR: après les nuggets, Sophie nous revient avec un nouveau produit industriel en version 100% hand-made. Vous aussi, vous avez des recettes, des astuces ou des coups de coeur gastronomiques à partager ? Les colonnes de Foodtales vous sont ouvertes: info@foodtales.be.

Puisque vous m’avez tous réclamé à cor et à cri - pas la peine de nier - me voici pour un nouvel épisode de Cook-it-yourself. On va à nouveau cuisiner ensemble, j’espère donc que vous lirez cette article à jeun plutôt qu’après un maxi menu Giant, doublé d’un Cheesebuger reçu via un coupon de réduction (mais que vous avez quand même mangé parce que sinon, c’est du gaspillage).

Après de longues discussions avec moi-même, finalement validées par le rédac'chef (celui qui me laisse écrire sur son site), j'ai choisi de vous expliquer comment faire de la Ricotta fraîche.

La suite, par ici»

Manhattn’s

Manhattn's

 

 Chacun sa spécialité 

Il y a quelques semaines, je vous parlais de la tendance du burger chic, et des nombreuses adresses burger-friendly qui ont poussé ces dernières années dans la capitale. Il y a pile deux mois, ouvrait une enseigne de cette engeance-là; sur l'Avenue Louise, à deux pas de la place Stéphanie: j'ai nommé le Manhattn's. Le jour même de l'inauguration, fin octobre, tous les chroniqueurs gastronomiques de la planète s'y sont précipités pour écrire le même billet: pas mal, mais trop de monde, une file de dingue et plus d'une heure d'attente avant de pouvoir passer commande.

Sérieusement ? Le jour de l'ouverture d'un truc dont le buzz a retenti jusque dans les faubourgs du BéWé ? Comme c'est étonnant didonc !

La suite, par ici»
Page 1 sur 11