Les labels: le bio

bio

Vous le savez: chez Foodtales, entre deux récits de grandes tables et trois photos de petits plats pas dégueu, on aime aussi aborder des sujets de fond. Parce que finalement, si la gastronomie c'est tout sauf ennuyeux, la bouffe, c'est aussi une affaire très sérieuse. Speaking of which, dans notre série d'articles consacrés aux labels, en voici un que vous attendiez: attention, ce billet est vert, ce billet sent bon la nature sauvage, le fleurs des champs et les petits oiseaux qui gazouillent... Relaxez-vous et respirez à plein poumons, car nous allons parler Bio.

Aaaaaaah, LE BIO ! Formidable système annonciateur d'un monde magique, d'agriculture et d'élevages respectueux de la nature, précurseur d'une révolution qui allait enfin permettre à l'humanité de s'affranchir des affres des pesticides et autres produits chimiques, et de fonctionner en toute harmonie avec son milieu.

Mouais.

Près d'un siècle après l'invention du concept, on peut dire sans trop se gourer que l'idée est loin d'avoir tenu toutes ses promesses.

La suite, par ici»

Culinaria 2015: Belgium Effect

IMG_20150506_222337

 

 Effet réussi 

Mercredi, c'était l'avant-première de Culinaria 2015 à Tours & Taxis. Si vous faites partie des fidèles de Foodtales, vous savez déjà que c'est un événement qu'on a plutôt à la bonne. Le principe est toujours le même: réunir un bon paquet de chefs talentueux et / ou étoilés, des amateurs de bonnes tables, des artisans du goût (et quelques grandes enseignes pour la bonne mesure du sponsoring), secouer et servir. Chaque soir, 2 menus au choix dont chaque service est concocté par un chef différent. Le tout pour une centaine d'EUR, vins, apéros entremets et tutti compris. Un très bon moyen de faire un tour d'horizon des meilleurs chefs de Belgique avant, why not, de s'offrir le plaisir d'une soirée à leur table.

Ne reculant devant aucun sacrifice, nous sommes donc allés au devant de cette nouvelle édition afin de vous en ramener nos impressions. Pour l'occasion, ma wingmate se prénommait Marie, une amie (presque) aussi gourmande et épicurienne que moi. Et voici ce qu'on en aura retenu de notre soirée.

La suite, par ici»

L’Air du Temps **

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 Un parfum d'exception 

Dans mon dernier article, je me lançais dans un parallèle hasardeux entre téléphonie et cuisine. Tant qu'à faire, poursuivons: de la même façon que certains geeks sont des inconditionnels de Samsung ou de purs fanboys d'Apple, il est des amateurs de bonne chère qui ont leurs idoles. Parmi les miennes, Sang-Hoon Degeimbre figure en bonne place: chef wallon d'origine coréenne, et probablement l'un des plus grands talents que compte la Belgique, c'est aussi et surtout le fondateur de l'Air du Temps, l'un des tout premiers restaurants gastronomiques que j'ai vraiment pu apprécier (passé cet âge étrange appelé adolescence, où l'on se retrouve à de très bonnes tables sans devoir débourser le moindre centime, tout en considérant cela comme une épreuve).

Si la cuisine de San Degeimbre m'a toujours séduite, c'est parce qu'il possède un ensemble de qualités rares, une générosité et une passion qui constituent l'essence même de la gastronomie, et qui se retrouvent dans les moindres détails de l'expérience que représente un dîner chez lui. Attentif aux nouveaux défis de la cuisine, au développement durable, à la mise en valeur du terroir et de nos régions, entrepreneur ultra-dynamique, co-fondateur du collectif Génération W, ce n'est pas un hasard si le Chef est de tous les événements gastronomico-culinaires que compte notre pays, comme par exemple - ô joie - l'inauguration de Culinaria 2015 qui aura lieu dès demain (et à laquelle Foodtales répondra évidemment présent !).

La suite, par ici»